La face cachée de Boko Haram
Les ravages de la Terreur
Origine de ce dossier

La face cachée de
Boko Haram

Un jeune garçon est flagellé sur une place. Les badauds crient « Dieu est grand. » Les membres de Boko Haram tirent sur les civils dans la tête et dans le cœur, ignorant les prières et ceux qui clament leur innocence.

Le reportage qui suit contient des images choquantes tirées des vidéos de Boko Haram obtenues par VOA. La violence de ces images peut choquer. Elles montrent la réalité et la cruauté de la vie sous le joug de Boko Haram.

EXECUTIONS

Dans la ville nigériane de Kumshe, un homme accusé de trafic de drogue prie quelques secondes avant d’être exécuté par Boko Haram. (vidéo de Boko Haram)

Dans le village de Kumshe dans le nord du Nigeria, le groupe terroriste Boko Haram a appliqué une violente version déformée de l’Islam. Les transgressions, comme porter des vêtements à l’occidental ou étudier à l’école, étaient synonymes de punitions extrêmes. Les supposés dealers de drogue, comme les délinquants vus dans les vidéos, sont sanctionnés par des coups de bâton ou la mort.

Des vidéos brutes et non éditées de Boko Haram agissant au sein de son territoire au Nigeria sont rares. Le groupe est connu pour son secret et cache avec précaution l’identité de ses membres ou leurs localisations.

Mais VOA a obtenu 18 heures de vidéos non éditées dans lesquelles le groupe a filmé sa propre brutalité. Ces images, qui se trouvaient sur un ordinateur de Boko Haram trouvé lors d’un raid de l’armée, témoignent de la souffrance dévastatrice endurée par les Nigérians sous Boko Haram.

Regardez en entier “La face cachée de Boko Haram” Vidéo Part 1

L’exécution des hommes de Kumshe, et d’autres scènes montrant les membres de Boko Haram durement s’adonner à leur quotidien dans le califat auto-proclamé, sont l’objet d’une série de quatre vidéos de VOA. “La face cachée de Boko Haram”.

Ces images non éditées ne masquent pas les actes du groupe les plus brutaux. Selon toute vraisemblance – la date sur les vidéos, les références faites par les combattants et les évènements décrits dans les journaux entendus en fond sonore – ces enregistrements ont été faits entre la fin 2014 et 2015, une période d’expansion de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria.

La ville de Kumshe où les exécutions de Boko Haram ont eu lieu

AU COEUR DE L'ATTAQUE

Un combattant de Boko Haram marche dans la ville de Banki alors que les insurgés lancent une attaque contre des bâtiments militaires près de là. (vidéo de Boko Haram)

Tout au long de ses sept ans d’insurrection, Boko Haram a attaqué des cibles civiles et gouvernementales pour étendre son territoire et instaurer la peur dans le nord-est du Nigeria. Les chefs ont promis aux jeunes recrues de mourir en martyrs, en les enrôlant et en les envoyant au front légèrement armés et avec peu d’entrainement. Le groupe a enlevé des milliers de femmes et d’enfants.

Les vidéos tournées par Boko Haram détaillent une attaque sur les positions de l’armée à Banki. Des combattants se réunissent le matin, et les chefs les conditionnent à tuer et être tué. L’attaque se transforme en chaos avec des combattants suppliant d’avoir des armes.

Regarder en intégralité “La face cache de Boko Haram”, Vidéo Part 2.

Plus tard, les combattants de Boko Haram exécutent des civils dans un village voisin après les avoir interrogés pour trouver de la nourriture et de l’argent. Boko Haram se finance en kidnappant et en demandant des rançons, avec extorsion ou des vols, entre autres.

PEUR

Trois garçons sont interrogés par Boko Haram après que la prise de leur village. (vidéo de Boko Haram)

La campagne violente de Boko Haram a brisé des vies, diffusé la peur, déplacé des millions de personnes et détruit l’ordre social dans le nord-est du Nigeria.

Quand les combattants prennent un village, des interrogatoires s’en suivent. Le but : obtenir des informations sur les proches qui ont fui.

Le but de Boko Haram, comme expliqué par son leader de longue date, Abubakar Shekau, est de lancer une guerre sainte pour priver le Nigeria de toute influence occidentale et créer un Etat islamique strict. En pratique, le groupe a fait preuve de peu de pitié pour les Nigérians musulmans, attaquant les mosquées et les villes à majorité musulmane.

Source : le groupe Institute for Economics & Peace: Global Terrorism Index 2015 et 2016

DÉTOURNEMENT DE L'ISLAM

Les membres de Boko Haram se préparent à couper les mains de deux civils accusés de vol (vidéo de Boko Haram)

La vidéo de Boko Haram montre les leaders du groupe justifier les tueries et autres atrocités en se basant sur une idéologie religieuse trompeuse.

Dans un tribunal public, un messager s’avance. Il parle au nom d’Abubakar Shekau, le leader du groupe Boko Haram qui se cache, alors que les combattants préparent l’exécution de deux des leurs.

Leur crime : l’homosexualité.

Regarder en intégralité “La face cache de Boko Haram”, Vidéo Part 3.

L’interprétation violente de l’Islam par Boko Haram est à mettre en lien avec les enseignements de son fondateur, Mohammed Yusuf. Yusuf prêchait que l’éducation occidentale était un péché. Les tensions entre les autorités nigérianes et le groupe ont culminé en 2009 lorsque la police a réprimé Yusuf et ses disciples et exécuté Yusuf dans la rue.

Shekau pense qu’attaquer les civils, kidnapper des écolières et tuer des infidèles – musulmans ou non – se justifie au nom du “jihad.” Les théologiens au Nigeria rejettent en masse la théologie violente de Boko Haram.

TOUT LE MONDE EST PARTI

Une station essence abandonnée, près d'un camp de SDF à Barma, détruit par Boko Haram. (VOA)

Au plus fort de l’insurrection, Boko Haram contrôlait un territoire vaste comme deux fois la Belgique. La progression du groupe a déplacé plus de deux millions de Nigérians et a mené à une forte insécurité alimentaire.

Aujourd’hui, de nombreuses villes, occupées jadis par Boko Haram, ont été libérées par l’armée nigériane et les Etats voisins. VOA s’est rendu dans le nord-est du Nigeria en septembre 2016 pour confirmer les dires de l’armée sur l’amélioration de la sécurité et voir de ses propres yeux le cout humain de l’insurrection de Boko Haram.

Accompagné par un convoi de 12 véhicules militaires montés de batteries anti-aériennes, VOA a visité les villes considérées autrefois comme hors d’atteinte et vu comment les Nigérians essayaient de se reconstruire. Dans les zones non contrôlées par l’armée, Boko Haram reste une menace. Le groupe continue les attaques-suicides contre les civils et les cibles militaires.

Source : L'Organisation internationale pour les migrations, Nigeria, Décembre 2016

KUMSHE N'EST PLUS

Deux habitants de Kumshe réagissent en voyant des photos des atrocités commises par Boko Haram dans leur village. (VOA)

Un réfugié de Kumshe a confirmé que son village a été le théâtre d’exécutions et de châtiments visibles sur les vidéos de Boko Haram.

En voyant dephotos tirées de ces vidéos, il s’effondre en larmes.

Regarder en intégralité “La face cache de Boko Haram”, Vidéo Part 4.

POUR EN SAVOIR PLUS
Lire le combat du Nigeria contre Boko Haram.
Regarder la série “La face cachée de Boko Haram”
Apprendre comment VOA a obtenu ces vidéos de Boko Haram.

CE QUE LES GENS EN DISENT
Partagez votre avis sur la série "La face cachée de Boko Haram" #terrorunmasked.
Facebook
Twitter

Ecrit par Salem Solomon
Conçu et produit par Tatenda Gumbo et Steven Ferri